NANTERRE. Hier, Pia bat Nanterre 38-24 (mi-temps : 18-18). Arbitre :M. Vincent. 50 spectateurs.
Pour Nanterre : 4 essais Pollaillon (9), Osmont (28), Skandrani (38), Bergerat (66), 1 pénalité (32) et 3 transformations Benlahoucine (9, 28, 66).
Pour Pia : 6 essais Baudry (12), Reyes (24, 51), Coromina (40), Martinez (42),Didou (70), 2 pénalités (61, 78) et 5 transformations Baudry (12, 24, 40, 42, 51).
BAROUDEURS PIA : Martinez, Larnaudie, Vicens Guillaume, Didou, Merham,Amigas, Baudry, Levy, Reyes, Levantis, Denis, Martrette, Fruteau. Remplaçants : Vicens Mathieu,Coromina, Dyda. Entraîneur : Gilles Marques.
NATIONALE 1. Le début de match était équilibré. Vicens et Merham étaient les premiers dangereux pour Pia. Mais Nanterre contrait et marquait un essai de 60 mètres (9e) par Pollaillon. Comme Belahoucine ne manquait pas la transformation (6-0). La réaction des Baroudeurs ne se faisait pas attendre et trois minutes après, Baudry éliminait trois adversaires avant de marquer sous les poteaux et de réussir la transformation (6-6). Pia exerçait un pressing de tous les instants et était récompensé par un second essai, œuvre de Reyes et transformé par Baudry. A 12-6, on pensait que Pia avait fait le plus dur mais un relâchement coupable allait lui coûter cher. En dix minutes, Nanterre inscrivait deux essais (28e et 38e). Entre temps, Belahoucine réussissait même une pénalité (32e) et Nanterre menait
contre toute attente 18-12. Juste avant lami-temps (40e), Coromina inscrivait un essai transformé (18-18).
Pia marquait d’entrée en seconde période par Martinez (42e) et Reyes (51e). Avec deux transformations de Baudry en prime, les Baroudeurs avaient fait le break : 18-30 puis 18-32 sur une nouvelle pénalité de Baudry (61e). S’en suivait une bagarre générale que l’arbitre avait bien du mal à endiguer. Nanterre réduisait le score sur une percée de Bergerat (66e, 24-32). Mais un essai en coin de Didou pour les Baroudeurs tuait le suspens (24-36). Baudry ratait la transformation en bord de touche mais se reprenait en marquant une pénalité en coin (78e).
Claude Moreau