A la veille de recevoir Salses (demain 18h15), le coach des Baroudeurs, Craig West, s’attend à un gros match.

Au club house du stade Daniel Ambert, l’Australien est comme chez lui.

Au club house du stade Daniel Ambert, l’Australien est comme chez lui.

Il est vraiment chez lui Craig West à Pia, l’accueil qu’il reçoit au club-house du stade Daniel-Ambert, les tapes  amicales, les sourires, en disent long sur le respect que lui porte le peuple pianenc. « On garde un grand souvenir du
joueur qu’il était et ce sera un grand entraîneur », avance Néné Sautrice. « Il a marqué l’histoire du club. Il a réussi
deux doublés ici, avec une équipe qui est restée deux ans invaincue à l’extérieur », explique Laurent Ricard, dont
le visage s’illumine dès qu’on parle « vert et rouge ».
C’est Pia, et West n’en fait pas un mystère, il est bien en Salanque et en Roussillon, où il vit à Baixas, avec sa copine
Stéphanie et travaille à TP 66. L’ancien joueur de Brisbane Redcliffe et des Newtowns Jets est arrivé à Pia avec Craig Field en 2003, pour cinq saisons de bonheur, deux doublés : 2005-2006, 2006-2007, avant de retrouver l’Australie et de repasser par Villefranche-de-Rouergue, comme entraîneur-joueur.
Mais Craig West avait pris depuis mai 2011 une destination exotique, la Norvège, où la Rugby League s’est implantée
depuis 2009 et où il a pris la place de coach de l’équipe nationale, que lui a proposée Warren Heilig, sur une  recommandation de Gareth Turton. « Le niveau du championnat norvégien, qui est un championnat d’été, vaut la Fédérale. L’équipe de Norvège est d’un niveau Nationale 1. J’ai des gars qui ont du talent, mais peu rugby à XIII. Il y a
une passion, les Norvégiens aiment le rugby à XIII ».
« On manque de discipline »
Des Norvégiens qui ont d’ailleurs battu l’Allemagne en juillet dernier (32-28). « J’ai souhaité mettre en place un cadre, au niveau des entraînements, des horaires, du respect. Les joueurs sont à l’écoute ».
Depuis le début de saison, Craig West a pris en main l’entraînement des Baroudeurs de Pia, comme le souhaitait le président Jean-Marc Crespo. « Je ne voulais pas perdre mon temps, mais après avoir rencontré les dirigeants, je n’ai pas hésité ». Il est vrai que Jean-Marc Crespo, Henri Rosique et le staff pianenc, ont posé les bases d’une club solide, d’abord en s’alliant à Baho, lui-même réserve de SM. Pia. Une conception pyramidale, qui permet d’utiliser des joueurs de Baho, des juniors de SM Pia, voire de la première, comme sûrement Windy Buche face à Salses.
Seul bémol, si sur la pelouse le plaisir de jouer est évident, les résultats ne suivent pas : « On manque de discipline,
reconnaît Craig West. Quand on est au creux de la vague, il faut que nous restions fixés sur notre schéma de jeu, sans prendre de trop de risques ».
Face à Salses demain soir, les Baroudeurs seront au pied du mur : « Il ne nous manque pas grand chose, explique
Jean-Marc Crespo. Il y a l’honneur, l’orgueil et l’énergie, sachant que Salses est sur une bonne dynamique ».