FICHE TECHNIQUE

Lézignan 28 Pia 17
CARCASSONNE. Lézignan bat Pia 28 à 17 (mi-temps : 11-6 pour Pia). Arbitre M. Drizza. 5 536 spectateurs, temps chaud.
Pour Pia : 3 essais Grésèque (10, 44), Ambert (31), 2 transformations Cermeno (10, 44), 1 drop Grésèque (17).
Pour Lézignan : 5 essais Piquemal (37, 73, 77), Leuluai (50), Mullane (63), 3 transformations Tribillac (37, 50), Wynn (63).
PIA : Carrère – Ambert, Bauer, Kingston, Cermeno – (o) Grésèque(cap), (m) Moly – Vaeau – Wyatt, N. Djalout – Lamelangi, K. Bentley, Shead. Sont entrés : Janicot, A. Albérola, Léger, Boudebza.
LÉZIGNAN : Duggan – Piquemal, Quintilla, Bringuier, Poggi -(o) Mullane, (m) Wynn – A. Bentley- Clottes, Nègre – Rovira (cap), M. Albérola, Griffi. Sont entrés : Bourrel, Leuluai, Bousquet, Tribillac.

Le Pia de Maxime Grésèque a été contré par un «Feuceuleu» opportuniste. Photos Thierry Grillet

Le Pia de Maxime Grésèque a été contré par un «Feuceuleu» opportuniste. Photos Thierry Grillet

L’affrontement entre les deux plus régulières formations de ces dernières années a tenu ses promesses. Difficile de sortir un favori avant les débats. Et délicat d’en donner un à l’heure de jeu, tant les deux finalistes ont eu leur période. Pia branché sur un courant alternatif a eu son heure avant de laisser Lézignan revenir puis prendre les commandes du score. Le capitaine Audois Franck Rovira a toujours gardé le cap : «On est toujours resté dans la partie, on revient quand il faut faceàune belle équipe de Pia. Lézignan s’est montré appliqué ».
Pia bien dans ses crampons réalise donc une entame parfaite. Grésèque, comme une semaine plus tôt en Avignon, est le premier a trouvé la faille. Son équipe joue loin, les pivots envoient les Shead, Vaeau et Lamelangi sur les extérieurs. Et Wyatt, désigné homme du match, fait des siennes. Il déboule petit côté, se joue de la garde audoise pour servir Ambert. L’ailier de Pia grille Piquemal et permet à Pia de mener 11 à 0.
Lézignan maladroit
A Lézignan, chacun y va de sa bévue. Wynn n’est pas dans le coup, Duggan non plus et seul Bourrel trouve le sens de la marche.
Pia tient sa période, mais deux fautes de défense envoient Piquemal derrière la ligne. Tribillac époustouflant d’aisance hier après-midi a été le premier à casser la ligne. Piquemal à hauteur n’a eu qu’a filer sous les poteaux. Tout est à refaire pour Pia. Alors dès la reprise, Grésèque servi par Wyatt s’offre un doublé.
Mais Lézignan reste dans sa finale. Disciplinés et sereins, les Audois reviennent dans la partie. Ils campent chez des Salanquais à leur tour maladroits. Leuluai en force signe un essai plein d’enthousiasme, mais aussi celui de la révolte.
Pia doute, Lézignan déroule et Mullane en profite pour donner l’avantage aux siens. Rien n’est joué. Mais Piquemal, rageur s’offre deux essais supplémentaires. Pia baisse la tête et ne reviendra plus. Grésèque pouvait pester: «Je râle bien sûr, on ne doit jamais prendre cet essai juste avant la pause. On ne peut pas remporter de finale avec de telles erreurs».
Lézignan a mérité son titre, Pia a lutté mais n’a pas réussi à asseoir sa domination territoriale en première période.
Les hommes d’Aurélien Cologni emmenés par un Michaël Tribillac déroutant ont donc été au rendez-vous. Un simple retard à l’allumage que Wynn et Mullane ont corrigé en seconde période.
Bruno Onteniente

 

Florian Quintilla (centre de Lézignan): «Nous avons été surpris par le rythme de cette première mi-temps. Les avants de Pia avançaient beaucoup et nous nous sommes souvent trouvés en difficultés. Par contre en défense,nous avons su faire le dos rond et nous avons limité la casse en marquant un essai qui nous fait du bien juste avant de rentrer aux vestiaires. A 11-6, nous avions encore largement les moyens de l’emporter. En seconde mi-temps, nous avons poursuivi nos efforts et comme souvent, dans les dix dernières minutes, nous avons été plus forts que notre adversaire. On a su faire preuve de patience et d’efficacité au bon moment».
Arty Shead (pilier Pia) : «Evidemment une grosse déception. Nous sommes restés concentrés pendant 60 minutes et nous sommes restés dans notre système de jeu. Nous avions à ce moment-là le match en main et on se sentait capable de remporter cette coupe. Maintenant, tous les matches durent 80 minutes et une finale particulièrement. Dans les 20 dernières minutes, nous avons commis beaucoup trop d’erreurs, nous avons été indisciplinés et nous avons craqué physiquement. Lézignan mérite sa victoire».
Aurélien Cologni (entraîneur de Lézignan): «Comme toutes les finales, ce sont des matches très difficiles et indécis. Celle-là a tenu toutes ses promesses, même si j’aurais aimé que la décision se fasse avant. Cela dit, je suis extrêmement fier des garçons qui ont su rester concentrés sur les objectifs qu’ils s’étaient fixés pour faire la différence. Nous savions que les avants de Pia nous mettraient en difficultés sur l’entame et c’est exactement ce qu’il s’est passé. Par la suite, nous sommes petit à petit revenus et nous avons par contre fait preuve d’une excellente maîtrise dans les 20 dernières minutes.C’est ce que j’avais demandé aux garçons, ils n’ont pas paniqué. Je pense que c’est le titre le plus difficile que nous avons gagné depuis trois saisons».
Maxime Grésèque (capitaine de Pia): «On fait une très bonne première mi-temps, on reste dans notre système de jeu, on applique les consignes et tous les joueurs mettent beaucoup de générosité. La seule chose que l’on pouvait se reprocher à la pause c’est de ne pas avoir fait assez la différence. On prend un essai qui remet Lézignan dans la partie. Par la suite, notre jeu est devenu un peu brouillon, on a commis des erreurs,alors que de son côté, Lézignan montait en puissance. Nous ne sommes pas arrivés à les contrôler dans le dernier quart d’heure. C’est dommage, on sentait que l’on pouvait gagner cette Coupe, cela s’est joué à peu. Il reste maintenant à soigner la tête et les corps pour se lancer dans les play-off».Recueilli par J.-F. Albert