Championnat

Finale 2013 (1)

La finale en images

0
Ambert et Grésèque, pères et fils, savourent le titre sous l'oeil de Philippe, président par intérim

Pia, un champion de France sans président – L’indépendant.fr

0
Ambert et Grésèque, pères et fils, savourent le titre sous l'oeil de Philippe, président par intérim

Ambert et Grésèque, pères et fils, savourent le titre sous l’oeil de
Philippe, président par intérim

Suspendu pour six ans de toutes fonctions au sein de son club de SM Pia, Marc Ambert n’a pas lâché son club en route, travaillant dans l’ombre de son frère, Philippe Ambert. Mais les récents champions de France en titre, n’ont plus de président. D’ici une dizaine de jours, un nouvel homme fort devrait être nommé.
Marc, comment s’est passée la réorganisation du club après votre suspension ?
Mon frère est venu nous aider pour dépanner. Philippe Ambert a pris l’intérim auprès des banques et des organismes publics, étant donné que j’ai été suspendu pour six ans.
La blessure est encore très présente…
Oui, mais je ne suis pas là pour briller, plutôt pour faire avancer mon club et mon village. Il y a eu, au-delà de ma suspension, un manque à gagner avec l’exclusion de la Coupe et les joueurs à payer avec une seule compétition à disputer. Il a fallu aussi payer avant cette finale l’amende de 10 000 euros.

PHOTO/Photo P.. R

PHOTO/Photo P.. R

Cette finale, comment l’avez-vous vécue ?
Déjà, je tiens à féliciter cette très belle équipe de Saint-Estève/XIII Catalan qui n’était pas là par hasard et qui est en complète progression. Je suis heureux que nous n’ayons pas sous-estimé cet adversaire. Et puis, il y a la touche de leur entraîneur Steve Deakin, qui est un coach très professionnel. Nous n’avons pas reproduit la même faute que la saison passée. On a abordé ce match avec méfiance. Cette finale a été la confirmation d’une saison exemplaire mais aussi la confirmation d’un pur joyau, Maxime Grésèque, qui en demi-finale et en finale a été brillant. Il est revenu sur son terrain de formation par la grande porte. Qui pour prendre votre succession à la tête de SM Pia ? J’ai assuré la saison tout en étant écarté, ça m’a fatigué. Je voulais cette réponse sur le terrain. Maintenant, place à l’avenir. Je n’ai signé aucun contrat avec les joueurs pour la prochaine saison. Moi, je suis fatigué, usé, et je suis tombé dans un traquenard. J’ai juste demandé des comptes après une finale perdue, c’est tout, je n’ai insulté, ni menacé personne.
Le temps presse tout de même pour préparer le prochain exercice…
Oui, d’ici dix jours, un nom sortira du chapeau. Tout va bien quand même, il y a un bon staff, des joueurs qui veulent rester et qui sont demandeurs. Je reviendrai dans six ans. Il y a eu cette réponse des joueurs sur le terrain avec ce titre de champion, c’est la plus belle récompense. Il n’y a aucun autre commentaire à faire. Le Pia de Comtat et Tandy est devenu dimanche champion de France.

viaPia, un champion de France sans président – Lindépendant.fr.

Pia champion de France – Vidéo

0

albert-la-cle-c-est-le-plaisir_304790_516x343

Albert : « La clé c’est le plaisir » – L’indépendant.fr

0

DSC04544 [Miniature WP]Le co entraîneur de SM Pia, Benoît Albert, n’a pas douté hier.Au club depuis neuf saisons, Benoît Albert est un entraîneur heureux. Six ans après le titre soulevé avec un certain Luc Mendez aux affaires, le Villelonguais avait la banane hier après-midi. Comment analysez-vous cette victoire ? Il y a eu cette chaleur que l’on redoutait face à une équipe qui n’a jamais lâché. Je leur tire mon chapeau, d’autant que certains de leurs joueurs évoluent désormais avec les Dragons. À la pause, vous êtes menés 10 à 8. Qu’avez-vous dit pour produire la réaction qui a suivi ? Il fallait mieux gérer nos temps faibles, communiquer davantage et être plus patient. Il fallait aussi que les deux meneurs soient plus présents. J’ai demandé aux joueurs de produire davantage d’efforts sous la fatigue. On a eu quinze bonnes minutes d’application et l’équipe s’est mise en évidence sur les extérieurs. On a recentré les débats avant de jouer sur les extérieurs. Voilà votre revanche sur les deux dernières finales perdues ? Au-delà d’une revanche, je préfère évoquer une belle récompense sur l’année effectuée. C’est une équipe qui prend beaucoup de plaisir à s’entraîner et à jouer ensemble. C’est, à mon sens, une des clés aussi de cette victoire et de ce titre. Serez-vous encore à Pia la saison prochaine ? On ne sait pas encore, on ne sait pas qui sera président l’année prochaine. On va déjà savourer ce titre de champion, ça fait neuf ans déjà que je suis au club et je suis déjà très heureux d’être arrivé là avec eux. Le pilier Vaeau a largement contribué au titre de Pia.

viaAlbert : « La clé c’est le plaisir » – Lindépendant.fr.

DSC04050 [Miniature WP]

Saint-Estève – Pia : la grande fête catalane du rugby à XIII – L’indépendant.fr

0

DSC04050 [Miniature WP]La finale du championnat de France Elite opposait hier la réserve des Dragons à Pia dans un stade Brutus chauffé à blanc.Quel derby, quelle finale ! Au terme de 80 minutes d’un rugby intense et renversant, Pia remporte enfin le titre de champion et le trophée Max Rousié après trois échecs successifs en finale depuis 2008. Dominée dans le jeu et au score à la pause par Saint-Estève XIII Catalan, Pia pouvait s’en remettre à son capitaine international Maxime Grésèque pour inverser la tendance dès le début d’un second acte maîtrisé à la perfection et qui permettait à Pia de terrasser la vaillante réserve des Dragons. A la fin des 80 minutes d’un suspense de tous les instants, Pia l’emportait finalement 33 à 26.

Gilbert Brutus a vibré

Du côté des tribunes de Gilbert Brutus, 6 732 spectateurs ont encouragé leurs équipes et vibré au rythme des retournements de situation d’un match à couteaux tirés. Il faut dire que le spectacle entre les deux frères ennemis du rugby à XIII était au rendez-vous avec la bagatelle de dix essais inscrits et d’une intensité de jeu particulièrement appréciée des supporteurs.

saint-esteve-pia-la-grande-fete-catalane-du-rugby-a-xiii_304751_516x343 [Miniature WP]Juniors : les Dragons croquent Carcassonne

Du côté des réservistes des Dragons Catalans, ils pourront se consoler avec la victoire et le bouclier remportés par les juniors qui ont vaincu Carcassonne (39-30) hier en lever de rideau de la finale du championnat Elite. A noter que les juniors auront l’occasion le week-end prochain de réaliser un formidable doublé puisqu’ils seront opposés à Avignon pour la finale de la Coupe de France. Autant de jeunes talents prometteurs qui auront l’honneur ces prochaines saisons de permettre à Saint-Estève d’empocher ce titre qu’ils ont laissé échapper hier et pourquoi pas renforcer les Dragons Catalans, véritable locomotive du rugby à XIII français. 6 800 personnes ont assisté, hier à Brutus, à la finale du championnat de France entre Pia et Saint-Estève.

viaSaint-Estève – Pia : la grande fête catalane du rugby à XIII – Lindépendant.fr.

P1140963 [Miniature WP]

Le champion c’est Pia – L’indépendant.fr

0

P1140963 [Miniature WP]Pia a décroché hier à Gilbert-Brutus le quatrième titre de son histoire en dominant Saint-Estève/XIII Catalan 33 à 26. Les joueurs de Benoît Albert et de Patrick Albérola succèdent à ceux de l’ASC au palmarès.Six ans après, SM Pia devient à nouveau champion de France de rugby à XIII. La réserve des Dragons a longtemps contesté le sacre du voisin Salanquais, mais en six petites minutes, Pia a fait la différence. Un laps de temps durant lequel Saint-Estève/XIII Catalan n’y était plus concédant dix-huit points. Et pourtant, à la pause, les Baby Dracs mènent 10 à 8. Si Soubeyras au soutien de Vaiotu est le premier à se mettre en évidence, Maria en force amorce la révolte de la jeune garde. Pia, sous pression, ne parvient pas à poser les bases de son système. Jamil joue les déménageurs autour des tenus et Joan Guasch tente à merveille un petit côté, devenu gagnant après la prise de balle rageuse de Raguin.

Grésèque plie les débats

PHOTO/Photo P. R.

PHOTO/Photo P. R.

Pia rejoint les vestiaires en ayant bien conscience que le sujet n’est pas maîtrisé. Saint-Estève ne le sait pas encore, mais l’équipe a déjà laissé filer la victoire. Steve Deakin aussi : « A la pause, on pouvait rentrer avec plus de points en notre faveur, mais c’est comme ça. On voulait continuer le match comme nous avons fini la première période, au lieu de ça, on a fait que défendre et on s’est mis dans le rouge ». Effectivement, Saint-Estève/XIII Catalan tombe de précieuses munitions dès l’entame. Il n’en faut pas plus. Grésèque sort du trou. En six minutes, il envoie Cooper par deux fois puis Soubeyras à l’essai. Le côté gauche explose le verrou défensif des ‘sang et or’. Maxime Grésèque avait préparé son coup : « Au lieu d’attendre l’exploit d’un coéquipier, on s’est enfin mis à jouer en équipe. On a appliqué les schémas techniques préparés et c’est passé ». Pia mène alors 26 à 10. On approche de l’heure de jeu, mais l’adversaire ne lâche pas. Raguin passe en force, malgré la grosse débauche d’énergie et l’omniprésence d’Andrew Bentley autour des tenus. L’ancien Dragon use ses vis-à-vis et défend à tour de bras. Avec lucidité, Grésèque claque un drop, il offre un matelas de treize points aux siens. Joan Guasch, capitaine courageux, accompagné de Barthau et de David Guasch, rêve encore d’un impossible retour. Alors, Ahlalou entretien le suspense avec un essai au pied des poteaux. La fin de match est intense, Saint-Estève/XIII Catalan essaie de retarder l’échéance, d’arrêter le temps aussi, mais SM Pia a de l’expérience. Mataka plante le cinquième essai des siens, offrant celui de la délivrance. Joan Guasch veut y croire encore et récupère une offrande de Swain, qu’il dépose au pied des poteaux. La course-poursuite est terminée. Le mot de la fin revient à l’entraîneur de la réserve des Dracs, Steve Deakin : « On termine à cinq essais partout, c’est les transformations de Grésèque qui ont fait la différence, la seule entre les deux équipes sur quatre-vingts minutes ». Pia, le leader de la phase régulière, peut exulter. Le titre revient sur les bords de la Basse. Juste récompense après une saison sans fausse note. Grésèque et Pia sont devenus champions de France en s’imposant 33 à 26 face aux Baby Dracs.

viaLe champion c’est Pia – Lindépendant.fr.

P1140977 [Miniature WP]

Grésèque et Cooper font la différence

0

P1140977 [Miniature WP]Un créateur hors pair, Maxime Grésèque, et un finisseur de première, Dustin Cooper : il n’en fallait pas plus pour sacrer Pia champion de France, face à un voisin catalan ayant fait de la résistance.

Elu joueur du match (Trophée Hervé Guiraud), Maxime Grésèque était aussi lucide, à la fin du match, qu’un peu plus tôt sur la pelouse, où sa classe avait fait basculer la rencontre en faveur de Pia, en début de seconde mi-temps : « Nous avons souffert de la chaleur en première période, où ne jouions pas suffisamment vite, où nous n’avions pas de bonnes courses, puis à la reprise, en réussissant à mettre le rythme voulu, et à installer nos schémas de jeu, on a fait bouger les lignes. »

Sans leurs deux meilleurs accélérateurs, Morgan Escaré et Stan Robin, les jeunes Catalans payèrent alors au prix fort leur débauche d’énergie du premier acte. Le meilleur, pour eux, même si Soubeyras trouvait le premier la faille, au relais d’une louable échappée de Vaiotu.

Car au bout d’un superbe mouvement au cours duquel Joan Guasch toucha à deux reprises le ballon, Maria, très en vue ce dimanche malgré un réveil matinal à Leeds, quatre heures de bus pour rallier Londres et une heure et demi d’avion, récompensait le dynamisme de son équipe.

Dustin Cooper auteur de deux essais coup sur coup. Photo RMD Agency

Dustin Cooper auteur de deux essais coup sur coup. Photo RMD Agency

Un peu plus tard, Raguin, en force, plaçait la réserve des Dragons devant, au score (10-8), et celle-ci était à deux doigts d’enfoncer un peu plus le clou (passe sautée pour Cardace, qui poursuivait au pied, Ahlalou ne pouvant conclure).

Pia, même s’il n’était pas dans son assiette, ratait lui aussi une franche occasion (36è), l’arbitre vidéo refusant à Carr un essai engendré par le duo Grésèque – Kane Bentley. Puis une autre quand Shorter manquait la réception de la passe adressée par Cooper.

Et c’est en début de seconde mi-temps que le combat changea d’allure, les Salanquais, avec Grésèque en figure de proue, inscrivant trois essais en moins de cinq minutes. Le premier par Cooper, sur attaque classique, le deuxième de nouveau oeuvre de Cooper, sur passe décisive de son capitaine, le troisième par Soubeyras, après une fixation d’école du même demi d’ouverture vert et rouge. 26-10 (52è), signé Grésèque !

La suite permit seulement de constater que Saint-Estève – XIII Catalan en avait encore sous la pédale, mais la fatigue aidant, le nombre de fautes augmentait. Raguin redonnait un semblant d’espoir, plus tard un superbe coup de pied rasant de Barthau voyait Ahlalou gicler comme un boulet de canon. Mais il ne restait plus que dix minutes à jouer, et même sans Tandy (épaule démise dès la 30è minute), même surtout à douze contre treize (carton jaune pour Kane Bentley), Pia faisait prévaloir sa plus grande expérience, Mataka profitant d’une énième erreur de ses adversaires pour porter la marque à 33-20.

« Nous sommes tout le temps restés soudés, même si Saint-Estève – XIII Catalan est l’équipe la plus difficile que nous avons affronté cette saison, et notre opportunisme a prévalu », constatait après coup Andrew Bentley.

viaGrésèque et Cooper font la différence.

P1140921 [Miniature WP]

XIII Elite Française Pia : maîtriser, c’est gagner | SportChoc.tv

0

P1140921 [Miniature WP]Cyril Stacul, première saison à Pia, et premier titre de champion de France, était le premier à louer la part essentielle prise par Maxime Grésèque dans la victoire de son équipe. « La différence, aujourd’hui, c’est un bon Grésèque qui nous a permis d’inscrire trois essais coup sur coup, peu après la reprise. Ensuite, nous avons su gérer notre avance au score, même si nous avons un peu lâché en défense, sur la fin. »

Grésèque plus Cooper, ça fait très mal à l’adversaire, estime l’ancien arrière des Dragons : « Dustin est le joueur que j’ai trouvé le plus impressionnant, cette saison. »

Impressionnant, en effet, pour conclure une attaque classique fomentée par son capitaine. Impressionnant, encore, lorsqu’il s’empare d’une balle en or délivrée par Grésèque.

Photo Jean Roig - RMD Agency

Photo Jean Roig – RMD Agency

Et comme Clément Soubeyras n’était pas en reste, ce dimanche, il en remettait une couche en profitant d’une fixation d’école de qui vous savez. 26-10, 52è minute, et plus de suspense. Car Pia, asphyxié par la chaleur et le manque de rythme (un seul match en un mois, une semaine plus tôt en demi-finale), n’avait pas été à la hauteur de sa réputation avant la pause, pour ensuite survoler les débats, expérience et talent oblige, pendant qu’à l’inverse Saint-Estève – XIII Catalan ne jouait plus à la même allure altière que précédemment.

« On a retrouvé nos courses et nos schémas, pour mettre la défense adverse en difficulté », expliquait Grésèque, joueur du match.

« Nous avons su profiter des erreurs commises par nos adversaires », ajoutait Andrew Bentley.

Des péchés de jeunesse, de la part des jeunes sang et or (sept juniors sur la feuille de match !), incapable de hausser le ton sans leurs accélérateurs nés, Morgan Escaré et Stan Robin.

Aussi, Antoni Maria a eu beau se multiplier du début à la fin, Paco Jamil et Luke Swain enfoncer le fer dans la peau salanquaise, l’expérience, logiquement, avait prévalu, dans ce match de qualité, marqué par plusieurs occasions gâchées, de part et d’autre, par la perte de Ryan Tandy (épaule, 30è) côté pianenc, et par le carton jaune adressé à Kane Bentley, aussi en verve que face à Lézignan en demi-finale, à la 72è minute.

Un avantage que les « Rouges » ne purent exploiter, tellement Pia maîtrisait son sujet, dans le deuxième acte.

Pia avait été privé du trophée en 2012 alors qu’il avait dominé la saison. On ne répète pas deux fois les mêmes erreurs, la discipline, cette fois, était au rendez-vous.

DSC04388 [Miniature WP]LA FICHE TECHNIQUE

Finale du Championnat de France Elite

PIA – SAINT-ESTÈVE-XIII CATALAN 33-26

Mi-temps 8-10. 
Arbitre : M. Drizza (Comité de l’Hérault). 
Temps doux et ensoleillé, vent léger. 
6 732 spectateurs.

Pia : 5 essais Soubeyras (11, 52), Cooper (48, 50), Mataka (75), 5 
transformations, 1 pénalité (6) et 1 drop (65) Grésèque.

St Estève-XIII Catalan : 5 essais Maria (15), Raguin (22, 62), Ahlalou (70), J. Guasch (79), 3 transformations Barthau (15, 70) et D. Guasch (79).

Carton jaune : K. Bentley (Pia) à la 72è.

Pia : Soubeyras – Shorter, Vaiotu, Stacul, Ma. Mayans – (o) Grésèque (cap), (m) Carr – A. Bentley, K. Bentley, Vaeau – Cooper, Mataka – Moly. 
Sont entrés en jeu : Tandy, Lamelangi, Ambert, Comtat.

St Estève-XIII Catalan : Bouzinac – Cardace, Ahlalou, Raguin, J. Salgues – (o) D. Guasch, (m) Barthau – Maria, J. Guasch (cap), Jamil – Rouch, Gossard – Swain. 
Sont entrés en jeu : Mencarini, Springer, Margalet, Scimone.

viaXIII Elite Française Pia : maîtriser, c’est gagner | SportChoc.tv.

titre2013petit

SM Pia XIII – Champion de France 2013

0

Pia est champion de France élite de rugby à XIII. Les Salanquais ont battu les Baby Dracs 33 à 26.

léquipe-21 [Miniature WP]

Une première finale sur L’Equipe 21 – Lindépendant.fr

0

Changement de diffuseur cette année pour la finale du championnat de France Elite. France 3 Sud n’ayant pas renouvelé son engagement, la Fédération française a trouvé en L’Equipe 21 un nouveau diffuseur. La TV du quotidien sportif national s’offre du coup sa première finale de rugby à XIII. L’exposition est moins forte que sur France 3, mais, elle laisse la fenêtre télévisée ouverte. Pour décrypter ce duel 100 % catalan, les deux entraîneurs vaincus en demi-finale, Gilles Dumas (Toulouse) et Aurélien Cologni (Lézignan) seront les consultants.

viaUne première finale sur L’Equipe 21 – Lindépendant.fr.

Haut de page